Ere glaciaire :

Nous devons notre vallée d'Ossau à ce fameux glacier qui, il y a plusieurs dizaines de milliers d'années, recouvrait les Pyrénées. C'est en effet une épaisse couche de glace qui a creusé le large sillon/plateau qui s'étend aujourd'hui de Laruns à Arudy.  

 

Paléolithique / Magdalénien :

De nombreux vestiges découverts dans les grottes autour d'Arudy ont permis d'affiner notre connaissance de cette partie de la préhistoire : la présence humaine dans la vallée daterait de la période tardiglaciaire (il y a environ 17 000 ans). C'est le réchauffement du climat qui pousse les premiers chasseurs-cueilleurs à migrer vers les montagnes. 

 

Début du pastoralisme / Néolithique (généralisation de l'outillage) :

Peu à peu, l'Homme passe d'une économie de prédation à une économie de production. C'est alors que s’établissent les premiers pasteurs semi-nomades. Selon de récentes études palynologiques (études des pollens et fossiles) réalisées en Ossau, les débuts du pastoralisme sur les prairies d'altitude remontent à plus de 7000 ans.

 

Invasions  

Alors que la vie dans la vallée s'organise progressivement,... le quotidien des ossalois est forcé d’évoluer avec le passage de différents peuples : les "Ibères" (venus d'Asie par l'Afrique du Nord et l'Espagne vers l'an 500 avant JC) puis un siècle plus tard, les "Celtes" (venus du Nord et de l'Ouest).

 

En l'an 60 avant JC, les romains, sous les ordres de César, installent leur administration à OLORON... Rome va ensuite pénétrer dans la vallée en nommant un "magister" (haut fonctionnaire) qui fera édifier une « vila » au cœur de celle-ci. Cette « vila » (aujourd’hui le village de « BIELLE » : « vila », « villa », « biela ») deviendra le « Capitolium » ou « capdulh », chef-lieu historique de toute la vallée. La mainmise de l'empire romain sur le territoire durera 5 siècles mais ne se limitera pas à l’établissement d’une administration, elle entrainera également une révolution économique par l’introduction de la culture céréalière (millet, seigle et orge)…

 

Suite à cette longue période, les invasions Wisigothiques, Arabes et Normandes se succèdent. Les Normands rasent Oloron en 841 et s'avancent, eux aussi, vers la Vallée d'Ossau. Selon la légende, la résistance ossaloise est menée par le jeune Seigneur de BEON qui tue en combat singulier le chef Normand, sauvant ainsi la vallée ! La chapelle de Notre Dame de l'Ayguelade à Bielle fut construite en souvenir de ce combat remporté.

 

Une vallée à part

La vallée d'Ossau se structure en forgeant peu à peu son identité valléenne. En 1221, elle se voit attribuer, par le vicomte béarnais Guillaume de Moncade, son propre for (ensemble de textes juridiques constitué entre le XIème et le XVième siècle). Au 14ième siècle, la « Jurade d’Ossau », composée de tous les représentants de la vallée, gère son propre système de gouvernance. Elle se réunit dans le « Ségrari » (pièce attenante à l’église de Bielle) pour assurer le bien-être des habitants, le respect des privilèges de la vallée contre l'autorité seigneuriale béarnaise et le respect des traités pastoraux. A cette même époque, les habitants se sont aussi librement administrés et ont géré d'immenses étendues de pâturages indivis, tant en montagne qu’en pleine, avec les landes du Pont-Long situées au nord de Pau. 

 

Le 15 octobre 1620 LOUIS XIII envahit le Béarn et pénètre dans Pau. Cinq jours plus tard, il publie un édit pour pour « porter union et incorporation du Béarn et de la Navarre à la couronne de France ». Le Béarn perd alors son indépendance (revendiquée par Gaston Febus en 1347)... mais les ossalois ne perdent pas pour autant leur culture et leur identité singulière. Afin de minimiser, d’étouffer le soulèvement du peuple, le roi fait en sorte que les béarnais puissent conserver leurs « fors et privilèges ».

 

Thermalisme et premiers touristes

Au 19ième siècle, la vallée d'Ossau voit arriver ses premiers touristes avec le développement du thermalisme, impulsé par Napoléon III et sa femme l’Impératrice Eugénie. Ces nouveaux visiteurs fortunés sont à l'origine de nombreuses nouvelles infrastructures dans la vallée. C'est dans ce contexte que les villages des Eaux-Chaudes et des Eaux-Bonnes ont connu leur essor.

 

Début du Pyrénéisme

Les montagnes qui dominent ces stations thermales attirent les plus curieux et surtout les plus aventureux. Il y a tout à explorer ; des cols et des sommets à gravir... C'est avec l'apparition de guides locaux (dont certains deviendront réputés) que le tourisme en montagne voit le jour... Une nouvelle économie qui marque le début du Pyrénéisme.

 

Aujourd'hui 

Aujourd’hui le tourisme fait toujours partie de l'économie locale au même titre que l'hydroélectricité, le pastoralisme, le thermalisme, l'exploitation forestière...

C’est au 20ième siècle que la vallée d’Ossau verra l’apparition de ses deux stations de ski, avec Gourette puis Artouste.